Vincent Monastesse

This text is not available in English.

Mon initiation à la musique remonte à la prime enfance alors que j’apprends à jouer du violon avec Les Petits Violons de Jean Cousineau. Mon parcours musical subit alors une première interruption, je n’y reviendrai que 6 ans plus tard à l’âge de 20 ans alors que j’entreprends des études en chant populaire avec Philippe Parent tout en préparant mes auditions pour des études universitaires en chant classique que je poursuivrai sous la supervision de Gail Desmarais à l’Université de Montréal mais avec comme réelle passion l’écriture instrumentale. Après l’obtention d’un premier Bac en 1994, nouveau changement de parcours, je me redirige alors vers le secteur de la santé, plus précisément celui de la masso-kinésithérapie et de l’ostéopathie, métiers que j’exerce depuis, en plus que d’avoir enseigné la massothérapie, l’anatomie et la physiologie générale. Ça n’est donc qu’en 2010, au moment d’un retour aux études en musique au sein d’un programme nouvellement mis sur pied (Musiques numériques) à l’Université de Montréal, que je me retourne vers l’électroacoustique; je complète ainsi un 2e Bac au sein de ce nouveau programme et fais mon entrée à la maîtrise sous la supervision de Robert Normandeau. Mon projet s’intéresse à la prosodie et à son imitation aux instruments musicaux comme support à une poïétique pour la composition électroacoustique.

Date: May 6, 2016

Source: JTTP 2016

Facebook

By continuing browsing our site, you agree to the use of cookies, which allow audience analytics.